Départ

C’était l’heure.

Dans le sanctuaire d’Eavan, la Lumière était iridescente. La jeune femme y priait depuis des semaines pour comprendre le message que Nymeia lui envoyait. Elle avait fini par comprendre qu’elle devait se rendre ailleurs, dans un autre monde, pour y remplir une mission. Eavan avait bien essayé de retarder son départ, d’emmener son Raen ou d’en apprendre plus sur cette mission que la Déesse lui confiait. Mais rien n’y faisait. Elle n’obtenait aucune réponse. Le couple Atagi profitait de leurs derniers instants ensembles quand ils le pouvaient depuis, ne sachant quand elle partirait. Ni si elle reviendrait.

Alors que la Hyuroise priait encore, seule, au sanctuaire, la pièce bascula dans le silence. Le bruit de l’eau si apaisant se tut, les carillons de Lumière s’éteignirent. Levant la tête, elle vit un puit de Lumière douce et dorée l’envahir. C’était le moment. Prise d’un sentiment d’urgence et d’inquiétude, elle leva la main vers sa perle et l’activa.

— Kyuu ? Elle vient me chercher.

Le Prêtre répondit immédiatement, le ton proche du désespoir.

— J-J’arrive !

Elle acquiesça en abaissant la main, espérant qu’il arrive à temps pour lui dire au revoir. Elle regardait la lumière descendre lentement sur elle. Une silhouette plus éblouissante encore s’en détachait doucement. La jeune femme baissa la tête, révérencieuse.

Alors qu’une vague de panique allait déferler sur Eavan, la douce et chaleureuse aura de Nymeai l’envahit, la calmant instantanément, ne lui laissant que ses sentiments profonds exister. Eavan ne craignait plus son départ.

Kyuuji déboula alors dans le sanctuaire, essoufflé, et embrassa la vision qui s’offrit à lui en grande peine. Sa tendre épouse était immergée dans la lumière dorée, faisant face à la silhouette incertaine et éblouissante de Nymeia. Il s’approcha d’Eavan en l’appelant. Sa voix était bien plus faible qu’il ne le pensait, brisée dans un murmure.

— Eav…

La jeune femme se détourna de la vision divine pour sourire tendrement à son époux.

— Mon Cœur. Il est temps pour moi d’y aller. Je t’aime.

Le Raen sentit les larmes lui monter aux yeux et il les réprima difficilement. C’était trop tôt. Bien trop tôt. Mais il s’était juré de se montrer fort jusqu’au bout. Pour elle. Il força un sourire en s’approchant un peu plus et lui prit la main. L’éther de la jeune femme était déjà inconsistant, son corps était presque immatériel.

— Je t’aime aussi…

L’empathie débordante d’Eavan, bien que totalement sous l’influence de la déesse, lui révéla la détresse de Kyuuji. Elle serra doucement ses mains dans les siennes, rassurante, encourageante et réconfortante.

— Promet moi de vivre.

Ses paroles frappèrent le Prêtre tel un coup de fouet. Les promesses s’empilaient mais elles allaient toutes dans ce sens. Elles lui donnaient la force de se battre contre ses démons. Il vint l’entourer de ses bras tandis que la jeune femme perdait toujours plus en consistance, sous le regard indéchiffrable de la silhouette de lumière. Il lui murmura à l’oreille, la voix rauque et la gorge nouée.

— Je te le promets. Je te promets aussi d’attendre ton retour.

Eavan sourit tendrement, puis ses lèvres articulèrent quelques mots silencieux. Son corps n’était plus qu’un voile translucide et immatériel. Elle voulut lui dire d’autres paroles mais il ne les entendit jamais. Le Raen resserra ses bras sur le vide laissé par son épouse. L’éther de la jeune femme rejoignit doucement la lumière dorée avant que la Déesse ne l’accueille en elle. Le Prêtre tomba à genoux, levant les yeux humides sur la silhouette éblouissante qui reprenait déjà son ascension. Lentement elle disparut de sa vue, le puit de lumière faiblit puis se ferma à son tour. Pris d’un sursaut d’espoir, Kyuuji chercha le petit papillon d’éther d’Eavan. Il ne put que le voir tomber au sol, immobile, et se dissiper.

Le sanctuaire reprit son aspect normal. Le tintement des carillons reprit. Le clapotis de l’eau se fit de nouveau entendre.

Il était seul. Désormais seul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *