Gaëlle, quatrième leçon

S’endormir avec une migraine n’était pas facile mais celle dont souffrit Kyuuji la veille au soir n’était pas naturelle. Il l’avait calmée en promettant à son cristal de s’occuper rapidement de la corruption de la griffe de Dalamud. Cette corruption qui revenait régulièrement. Celle-là même sur laquelle le Raen voulait que ses deux élèves s’entraînent. Enfin, il irait donc la purifier une fois de plus et la corruption reviendrait inlassablement. Ce qu’il fallait surtout, c’était investiguer sur ce phénomène. Kyuuji avait bien une idée sur ce qui se passait mais il ne pourrait rien faire seul. Et cela ferait vraiment un excellent exercice pour Fin et Gaëlle.


Le lendemain matin, Kyuuji eut la surprise de ne pas être seul dans sa chambre en se réveillant. Gaëlle s’était inquiétée face à son départ précipité et l’avait veillé toute la nuit, ne s’assoupissant qu’au petit matin. Le Raen l’invita à se reposer ici, tant elle ne tenait pas sur ses jambes, tandis que lui méditerait, gardant un brin d’attention pour elle.

Méditer et veiller sur quelqu’un en même temps était un exercice difficile, Kyuuji l’apprit à se dépends. Il ne put rendre autant d’éther qu’à son habitude, mais ce n’était pas bien grave, il se rattraperait la prochaine fois. Il ne manquait pas de méditer au quotidien et s’assurait de toujours rendre plus que sa dette.

En début d’après midi, Gaëlle se réveilla. Comme le Raen se doutait qu’elle aurait faim, il lui apporta des fruits et du thé. Ils discutèrent encore un moment dans sa chambre avant de décider de continuer leurs leçons réciproques. La jeune femme n’ayant pas besoin de s’entraîner à la maîtrise de la terre, ils passèrent au dernier élément principal de la magie blanche, l’eau. Ils se rendirent au pieds de la chute d’eau à l’extérieur de la Souche de la Résurrection. Une petite rivière y coulait paisiblement malgré la cascade juste en amont. L’endroit n’était pas le plus beau en lien avec l’eau mais il avait l’avantage de ne pas être trop chargé d’éther.

La leçon, à l’instar de celle sur le vent, se déroula normalement, mise à part une maladresse de Kyuuji qui lui valu d’être généreusement arrosé par son élève. Ces moments de complicité étaient une vraie bénédiction pour le Raen qui avait l’impression de revivre. Comme pour le vent puis la terre, Gaëlle termina par puiser l’éther de l’eau pour en faire un sort. Ce n’était pas de l’apprentissage à part entière, il voyait bien qu’elle maîtrisait déjà tout cela et que ce n’était qu’une question de sensations à retrouver. La leçon terminée, ils se séchèrent, l’Amdapori changea de tunique tellement elle était trempée et ils inversèrent les rôles. Cette fois, la jeune femme essaya d’apprendre à Kyuuji à créer de l’éther persistant. C’était pour l’instant au-dessus de ses capacités, mais il s’entrainerait.

Inséparables, ils décidèrent ensuite de se promener aux abords des ruines du château d’Amdapor. Gaëlle espérait recouvrer quelques souvenirs grâce à son empathie. C’était malheureusement peine perdue. Le sceau était encore très forts. Profitant malgré tout du cadre et de l’intimité, ils discutèrent, se rapprochèrent, s’ouvrirent l’un à l’autre encore un peu plus. Un doux moment. Des barrières s’abaissèrent et ils se confièrent leurs craintes mutuelles et réciproques. L’un s’inquiétant pour l’autre. Ils étaient tellement semblables, on aurait dit des âmes miroirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *