Le cristal impérial

Ydrian s’était rendu seul à la guilde des élémentalistes de Gridania, Venceslas ne voulant pas risquer de tomber sur Kyuuji et compromettre ses chances de se réconcilier avec lui. Ils s’étaient donné rendez-vous dans la chambre que louait Ydrian dans la maison de sa compagnie libre. Sur la perle qu’ils partageaient, le guerrier lui avait appris qu’il avait eu une discussion avec des instructeurs élémentalistes et qu’il pensait avoir trouvé ce qu’ils cherchaient.

La porte de la chambre s’ouvrit sur Ydrian qui la referma et la verrouilla derrière lui. D’un bond, Venceslas se leva du canapé et s’assit sur la chaise en face du bureau vers lequel se dirigeait le guerrier.

— Alors ? l’interrogea Venceslas impatient.

— Laisse-moi souffler…

Le Hyurois fit mine de se vexer et marmonna quelque chose d’inaudible. Ydrian prit place à son bureau et se renfrogna, contrarié.

— Les mages, ils m’ont pris pour un abruti au début.

— Ah ?

— Ouais, ils croyaient que j’y connaissais rien. Bon, c’est un peu vrai mais quand même.

— Mais tu as une idée de ce que pourrait être ce canalisateur dont nous parlions, non ?

Le sourire malicieux que le guerrier ne parvenait plus à dissimulé apprit à Venceslas qu’il se jouait de lui. Il lui avait déjà dit sur la perle et voulait juste le faire s’impatienté. Ce qui fonctionnait très bien.

— Ouais, j’ai fini par réussir à les faire parler.

Le Hyurois ne tenait plus. Il aurait voulu garder son calme mais n’y parvint pas. Il haussa la voix bien plus qu’il le souhaitait.

— Crache le morceau, bon sang !

Venceslas se reprit immédiatement et détourna les yeux.

— Désolé, tu fais tout pour m’aider et je te cris dessus. Je te demande pardon.

— C’est ma faute, je devrais pas te charrier avec ça.

D’un geste, il éloigna le sujet pour revenir à celui du canalisateur.

— Il s’agirait d’une espèce de cristal de mage. J’ai pas tout suivi, mais il ressemblerait à celui des mages blancs.

Ydrian illustra ses propos en dessinant un petit cercle dans l’air, de la taille d’une pierre de mage. Le Hyurois réfléchit à voix haute.

— Un cristal, petit et facile à cacher. Ça correspond.

Le guerrier hocha la tête.

— Ouais, et les mages semblaient dire qu’il possédait un truc comme ça. Ça aurait été un sujet de discussion pour la guilde.

Kyuuji avait passé beaucoup de temps parmi les élémentalistes. C’était cohérent. Venceslas était impressionné que le guerrier ait réussi à avoir autant d’informations et à tirer des conclusions si efficacement.

Nous pouvons y arriver… Nous devons y arriver.

Depuis qu’Ydrian était venu le chercher au Glas des Revenants, Venceslas avait repris espoir et courage. Il ne se laissait plus aller à la dépression, son corps et son esprit semblaient revivre. Il était désormais hors de question d’échouer ou d’abandonner. Et il ferait tout pour renouer avec le Raen.

— Oui, ça colle. Un cristal de mage, ou quelque chose y ressemblant, donc. Il l’avait en arrivant à Gridania et pourrait être ce qu’il a perdu et ce dont il t’a parlé.

Ydrian hocha la tête en plissant les yeux.

— Ouais, mais il m’a pas dit quand chose. Je sais juste qu’il l’a perdu et qu’il en est triste. Tu peux m’en dire plus ?

Venceslas se laissa aller contre le dossier de sa chaise.

— Ce ne sont que des suppositions…

— C’est que ça depuis le début. Je t’écoute.

— Si c’est bien la raison de notre dispute, il ne l’aurait pas vraiment perdu, plutôt échangé.

Venceslas hésita. C’était un sujet délicat même avec un ami tel que le guerrier. Et il n’aimait pas parler de ses erreurs.

— Continue, l’encouragea Ydrian.

Avec un soupire de résignation, le Hyurois se décida à reprendre.

— Nous t’avions déjà parlé de notre passé de déserteur. Un jour, nous avons eu affaire à l’armée, ici.

Le Hyurgoth n’était pas surpris, il connaissait déjà cette partie de l’histoire. Mais la suite était plus difficile à aborder, Venceslas baissa les yeux.

— Les charges qu’ils nous reprochaient s’étaient… largement alourdies depuis. Ils voulaient nous exécuter sur le champ.

— Mais vous vous en êtes sortis. Comment ?

— Grâce à Kyu.

Les éléments se mirent en place dans l’esprit du guerrier.

— Il aurait échangé vos vies contre son cristal ?

Les bonnes déductions, merci Ydri.

Venceslas hocha la tête.

— Je le pense. Si nos suppositions sont bonnes.

Ydrian se passa une main sur la figure et se frotta le menton. Après une minute de silence, il reprit la parole d’un ton grave.

— Si la pierre est entre les mains des Impériaux, elle pourrait être n’importe où et ce sera pas facile de la récupérer.

Récupérer son cristal… Qui est peut-être entre les mains du Lux… Alors que c’est de ma faute. Pourvu que ce soit possible… Et suffisant.

Une partie du courage et de l’espoir de Venceslas disparut. Il soupira en réalisant la difficulté de la tâche.

— Il nous faudra commencer par retrouver la trace de son cristal, en espérant qu’ils ne l’ont pas détruit pour une raison ou une autre.

— Oui, soupira Venceslas à nouveau.

— Il nous faudra un coup de pouce.

— Oui, je crois. Commençons par y réfléchir.

Il se leva, imité par Ydrian.

— Je vais continuer à me renseigner, je te tiens au courant.

— Ça marche.

Les deux amis se saluèrent et quittèrent la maison de la compagnie d’Ydrian. Venceslas se rendit, par habitude ou par nostalgie, à Gridania et se retrouva sans s’en rendre compte devant les portes du Perchoir. Craignant de tout faire rater, il se rua jusqu’à la porte sud et se concentra pour mobiliser l’éther. Il n’était pas très doué pour cela et il lui fallut de longues secondes pour se plonger les flux d’éther pour rejoindre le Glas des Revenants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *