Premier choix

Après avoir rejoint les Songes de Nymeia, Kyuuji rencontra quelques uns de ses nouveaux compagnons. Notamment Fin D’arda. Une Raen qui avait souffert du joug de Garlemald. Elle avait fait partie de l’armée et semblait en être citoyenne. Elle naviguait actuellement dans le doute et l’incompréhension. Kyuuji voulut l’aider à se trouver une place en Eorzéa et essaya de comprendre son histoire qui se révéla bien plus complexe qu’il le pensait. Certaines déclarations de Fin firent remonter sa rancœur pour Garlemald, mais il tenta d’en faire abstraction, elle avait quitté l’empire de son plein gré après tout. Et même si elle avait beaucoup de travail à faire pour s’en libérer totalement, elle semblait sur la bonne voie, à condition d’être bien entourée, de l’avis du Raen.

Il participa à la cotisation pour l’anniversaire de la Compagnie. Pour réunir des fonds, il effectua un mandat d’escorte. Le jeune homme, Eleazar Sandre, qu’il escorta était un apprenti occultiste qui se rendait à Gridania pour y continuer ses études. Le trajet se passa sans trop de problèmes. Quelques Amal’jaa, des fourmis géantes, des busards à éloigner, mais rien d’insurmontable. Eleazar lui posa des questions sur ses origines et Kyuuji sembla lui laisser une bonne impression. De plus, le Raen lui montra un aspect de la magie des élémentalistes qui attira l’intérêt du jeune homme. La mission remplie, il donna la totalité de sa récompense à Minki pour contribuer à l’achat d’une pierre précieuse pour la Compagnie.

Kyuuji fut contacté par la remplaçante de sa marraine, Elisabeth. Elle lui donna rendez-vous à la masure de l’ermite pour y suivre un rite d’initiation. Après une rapide présentation de l’organisation interne de la Compagnie, la Miqo’te le plongea dans un rêve. Dans ce songe, Kyuuji se vit sauver une dryade d’un groupe de jeunes, puis la sauver des mains de ravisseurs. Enfin, il se rendit à l’arbre de l’orée pour tenter d’endiguer le mal qui le rongeait. Avec l’aide d’E‑Sumi‑Yan, la corruption fut repoussée et Kyuuji retourna à la réalité. L’analyse du rêve de Kyuuji ne permit pas à Elisabeth de trancher en faveur des conquérants ou des érudits. Elle lui demanda alors son avis. Le Raen préférait rejoindre les érudits, prétextant que l’aventure n’était pas sa vocation.

Seulement, il choisit ce groupe dans l’espoir de se détacher du front, mais il ne savait pas s’il le pouvait, ni s’il pourrait se rendre utile autrement. A peine seul, il doutait déjà. Ce n’était pourtant pas dans ses habitudes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *