Troubles

Kyuuji méditait dans sa chambre. Depuis cette folle et longue journée où il avait découvert les sentiments de Gaëlle, participer à son épreuve du rêve avec Eve, puis visiter la stèle de Nymeia, le Raen n’avait pas quitté la Rêverie. Non qu’il le voulait, mais parce qu’il était trop troublé pour en sortir. Il avait voulu se rendre à l’arbre de l’orée de Sombrelinceul Est pour méditer tout cela, mais il avait été incapable de discipliner son esprit et sa volonté pour se plonger dans l’éther. Il avait donc décidé de ne pas bouger tant qu’il n’aurait pas retrouver un semblant de sérénité. De plus, il était en proie à des migraines erratiques depuis plusieurs jours.

Son cristal s’alarmait sur le problème d’une des griffes de Dalamud du Thanalan, celle juste au nord de l’usine de Céruléum. Kyuuji était bien conscient qu’il avait laissé cela de côté pendant bien trop longtemps et qu’il devait s’en occuper. Mais il avait un projet pour l’une de ses élèves avec cette griffe et elle n’était pas encore prête. Aussi endurait-il les migraines tout en calmant son cristal du mieux qu’il pouvait. Le Raen savait malgré tout qu’il allait devoir s’y rendre prochainement, ne serait-ce que pour s’assurer que la situation ne s’était pas dégradée, et pour avoir de quoi présenter la situation à son élève.

Mettant mentalement ce sujet de côté, Kyuuji navigua parmi les suivants, Gaëlle et sa foi. Ses croyances religieuses étaient particulièrement mises à l’épreuve depuis quelques semaines. Cela faisait maintenant presque quatre ans qu’il était en Eorzéa et qu’il n’avait plus entendu une seule fois ses divinités, les esprits de son temple, avec lesquels il conversai auparavant régulièrement. Même alors qu’il était à l’armée Impérial, Kyuuji avait un contact avec eux. Rien que cette absence lui pesait énormément, bien qu’il n’en parlait que rarement. Et désormais, en l’espace de moins d’une lune, Nophica et Nymeia s’adressaient à lui à tour de rôle. A propos de Gaëlle, certes, de manière collective dans le cas de Nymeia, certes, mais ce n’était pas négligeable. Kyuuji était un prêtre Raen, d’un temple important duquel il aurait dû prendre la tête. En dehors de sa foi, de ses croyances et de sa culture, sa religion faisait partie de sa vie. C’était une part intrinsèque de son identité. Ce sujet le bouleversait plus que de raison. Il n’avait jamais arrêté de prier ses divinités, de les honorer. Il avait même ériger un autel en leur honneur dans sa chambre. Apparemment, ce n’était pas suffisant. Kyuuji allait redoubler d’efforts. Résigné et rassuré par l’idée qu’il pouvait faire plus, il chassa cette préoccupation de ses pensées.

Enfin le dernier sujet qui occupait son esprit était Gaëlle. Un poids s’abattit sur l’estomac du Raen à cette pensée. Il se préoccupait et s’inquiétait beaucoup pour Gaëlle. La jeune femme était amnésique, son éther était scellé et elle était une survivante Amdapori de la guerre de la magie. Mage blanche de l’ancien temps. Et elle voulait apprendre de lui. Enfin cela, Kyuuji pouvait le gérer. Mais il n’y avait pas que cela. Gaëlle était également amoureuse de lui. C’était peut-être ce qui le perturbait le plus. Les sentiments de la jeune femme à son égard mais surtout la façon dont il l’a poussée à en parler. Poser la main sur son carnet était la pire des bêtises. Gaëlle ne voulait pas qu’il le sache, elle venait de l’écrire, et lui l’apprenait dans la foulée. Il avait violé son journal, sa vie privée, sa vie intime. Kyuuji n’avait pu se résoudre à la repousser immédiatement, comme cela avait été le cas pour les rares fois où il s’était fait courtiser auparavant. Il prétextait que l’avoir forcée à en parler l’obligeait à prendre le temps de la réflexion avant de lui répondre. Mais il y avait autre chose. Le Raen ne savait pas quoi. Peut-être pourrait-il en parler discrètement. A Venceslas, Asuka ou d’autres encore. Il devrait également parler à Gaëlle de ce qui le retient, ses traditions et ses vœux, qu’elle ne nourrissent pas ces sentiments en vain.

Ecartant encore mentalement ce sujet, Kyuuji se retrouva face à un problème qu’il ignorait, tant il avait l’esprit encombré. Son sceau de souvenir. Eve et Bertefant avait laissé entendre qu’il pouvait être à l’origine de sa phobie. Si c’était bien le cas, le Raen devait réfléchir à le briser. Modifier son comportement, sa personnalité ou simplement le brider n’était pas l’objectif du rituel du souvenir qui avait conduit à ce sceau. Il devait se renseigner là-dessus. Et la meilleur personne à aller voir dans le cas présent était Venceslas. Avec un sourire nostalgique et affectueux, Kyuuji sortit de sa méditation et invoqua l’éther pour se rendre à Mor Dhona. Comme il l’espérait, il n’eut aucun mal à s’y plonger et rejoindre sa destination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *