Un rituel désagréable

Le rituel eut lieux quelques jours plus tard, dans la cellule qu’occupait Kyuuji depuis son arrestation par l’armée. Oeric se présenta au Raen accompagné d’un homme, un mage portant la tenue règlementaire de l’armée et de nombreuses décorations sur la poitrine. En proie à une rancœur insatiable, Kyuuji était déterminé à obtenir le plus de renseignements possibles sur celui à qui il donnait son héritage. Il nota dans son esprit chacune des distinctions qu’il portait, imprima son visage dans sa mémoire, et tous autres détails qu’il remarqua.

— J’ai besoin de connaître le nom du successeur pour le rituel.

L’officier plissa les yeux, contrarié, il estimait certainement qu’il mentait.

— Vandrad lux Saeward, se présenta lui-même le mage.

Kyuuji déglutit. Un lux. Un lux allait hériter de son cristal. Les derniers espoirs de le revoir s’envolèrent, irrémédiablement remplacé par une colère infaillible. Ce nom se grava dans sa mémoire sans qu’il n’eût besoin d’insister. Il ne pourrait jamais l’oublier. D’un geste, il fit asseoir le mage au milieu de la pièce et tendit la main vers Oeric qui lui rendit son bâton. Le Raen se tint debout face à Saeward et entama le rituel.

Prière, chant et danse se succédèrent, créant un spectacle artistique envoutant, même aux yeux des profanes tels que les Impériaux. L’air vibrait, l’atmosphère tremblait. L’éther se condensait, se mobilisait suivant les mouvements de Kyuuji. D’un geste théâtral mesuré, il sortit son cristal d’une poche cousue contre son cœur et le lâcha devant lui, à hauteur de poitrine. Au lieu de tomber, il resta immobile, suspendu dans l’air. D’un geste, le Raen manipula les courants éthériques et le cristal descendit vers le mage, toujours assit au milieu de la pièce. La pierre flotta un instant devant ses yeux en brillant d’une intense lumière blanche. Lorsque la lueur s’éteignit, le cristal tomba et Saeward le rattrapa avant qu’il ne touche le sol.

Le rituel était accompli. Le cristal était désormais celui de Saeward. Il avait quitté la famille Atagi. Et Kyuuji en était le responsable. Il ressentit une profonde douleur qui n’avait rien à avoir avec la fatigue provoquée par le rituel. Se laissant guider par la colère qui ne semblait pas vouloir s’arrêter de grandir en lui, il posa un regard haineux sur Oeric.

— C’est fait.

Le mage se leva, le cristal dans la main, une expression étrange sur le visage. Sans un regard pour le Raen ni l’officier, il quitta la pièce. De nouveau seuls, les deux hommes se dévisagèrent un instant. Il n’y avait que haine et colère dans les yeux de Kyuuji, mais seulement de la détermination dans ceux de l’officier. Oeric tiendrait parole, Kyuuji n’en doutait pas.

L’officier transmit un ordre par gestes à un soldat qui s’éloigna rapidement, puis il conduisit le Raen à l’entrée du donjon. Après un court instant, les deux hommes furent rejoints pas d’autres soldats. Ils encadraient Venceslas. Visiblement, il avait joué à l’arrogant et aux fortes têtes. Il était bien amoché, mais Kyuuji ne réussit pas à s’en émouvoir.

— Vous êtes libres, annonça Oeric. L’armée sera informée de ce dont nous avons discuté, Atagi. Mais faites vous discrets, si je retombe sur vous, je ne vous couvrirai pas à nouveau. Vous avez une heure pour quitter le camp.

Venceslas chercha à capter le regard du Raen qui l’évita soigneusement. Il fixait l’officier. Oeric avait tourné les talons et s’éloignait, disparaissant dans les couloirs. Une fois l’homme hors de vue, Kyuuji se tourna à son tour dans l’autre direction et s’élança à grands pas vers la sortie. Il ne s’inquiéta pas de savoir si le Hyurois le suivait, il sentait sa présence intolérable dans son dos.

Une fois à l’extérieur, il huma l’air, mais il ne sentit rien. Il laissa le soleil lui caresser la peau, mais cela non plus, il ne le sentit pas. Il écouta les bruits du camp et ne les entendit pas plus. Il réalisa alors douloureusement ce qui venait de se passer, ce qu’il venait de faire, ce qu’il venait de perdre.

Quelque chose claqua comme un coup de fouet dans son esprit.

Mensonge. Trahison. Traîtrise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *