Une missive provocante

Au quartier général des Deux Vipères, à Gridania, Venceslas découvrit une étrange annonce. Une injonction spéciale avait été prise à l’encontre de la compagnie « Les Songes de Nymeia » après un échec macabre et récent. Tous les membres de cette compagnies étaient désormais interdits d’approcher les Castrum et d’entrer en conflit avec les Impériaux suite à l’extermination d’une douzaine de scientifiques, et ce, contre l’ordre directe de leur superviseur. Ce n’était pas la première fois que cette compagnie libre faisait parler d’elle.

Il était exceptionnel que les grandes compagnies se réunissent pour assigner un superviseur à une compagnie libre, pourtant les Songes de Nymeia avaient réussi cet exploit. Et voilà qu’ils refaisaient parler d’eux. Leur réputation n’était plus à faire. Une bien macabre réputation. L’ordre des Deux Vipères était l’organisation la plus pacifique des trois grandes Compagnies, combattre et tuer aussi ouvertement les Impériaux était presque mal vu en son sein. Mais ce n’était pas l’avis de Venceslas.

Il avait vécu la guerre et les horreurs perpétuées par Garlemald. Il savait de quoi ils étaient capables. Il savait qu’en période de guerre, la morale, l’éthique et la compassion n’avaient pas toujours leur place. Il savait qu’il ne fallait pas sous-estimer les Impériaux. En relisant l’annonce, une idée lui vint à l’esprit. Il l’a trouva d’abord répugnante, mais elle fit son chemin. Et à défaut de mieux, il l’adopta.

Venceslas rejoignit le Glas des Revenants et loua une chambre à l’auberge. Il s’installa à contrecœur au bureau devant un papier et une plume. Les mots n’étaient pas son fort. Il aurait voulu pouvoir les contacter directement, mais il y avait le superviseur. Et de toute façon, il ne pouvait pas s’absenter de son poste, il ne pouvait que charger un Mog de leur transmettre son courrier.

Une lettre scellée par un cachet en cire portant les initiales V.M. et les mots « à l’attention des Songes de Nymeia » était arrivée par Mog poste à la Rêverie.

 

« Songes de Nymeia,

 

Je suis le Sergent Miller de l’Ordre des Deux Vipères. J’ai eu vent de vos récents exploits et j’ai une mission à vous proposer. Vos compétences correspondent à ce dont j’ai besoin et la récompense à ce dont vous avez besoin, redorer votre blason auprès de l’Ordre. Je ne peux en dire plus dans ce courrier, seulement, voyez cela comme un échange de services.

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous donne rendez-vous à la terrasse des splendeurs de Rowena au Glas des Revenants dans le Mor Dhona, dans 10 soleils pour en discuter.

 

Sergent V. Miller »

 

La suite, les Songes de Nymeia l’ont écrite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *