Présentation

L’histoire de ce Raen prend sa source à Othard, un continent du lointain Orient, parcourt d’étranges terres, côtoie de nombreuses autres et poursuit son cours dans l’inconnu.

Fils aîné du grand prêtre du sanctuaire de son village, Kiyomura, Kyuuji Atagi a été élevé et éduqué dans le but de lui succéder. Il fut formé très tôt à la manipulation de l’éther pour guérir les maux et apaiser les esprits. Kyuujii se révéla rapidement très doué pour cela, faisant la fierté de ses parents. De plus, son tempérament calme, dévoué et d’une grande bonté le prédisposait parfaitement pour la tâche qui serait la sienne. Il aurait faisait un parfait successeur pour son père. Seul un grand défaut venait ternir cette image. Il était extrêmement rancunier. Fort heureusement, la patience de Kyuuji contrebalançait cela, il fallait en vouloir pour s’attirer sa rancœur. Mais une fois obtenue, il fallait également faire preuve de patience avant de s’en débarrasser.

Kyuuji avait un frère, Isshiki, de sept ans son cadet, et un frère par adoption, Venceslas. Bien que l’adoption n’ait jamais été officielle, tout le onde le considérait comme un membre de la famille Atagi, Kyuuji le premier. Il voyait en lui un ami de son âge et un frère au tempérament complémentaire. Entre sa succession à la tête du temple et ses proches, Kyuuji était comblé.

Mais la vie à Kiyomura ne devait pas être ainsi.

Malgré la domination de la région par l’Empire de Garlemald depuis plusieurs années, le village n’avait pas souffert de l’occupation. Pas encore. L’Empereur avait pour ambition d’envahir Eorzéa, une contrée lointaine, et pour cela, il lui fallait une armée puissante et nombreuse. L’armée garlemadaise se présenta au village de Kiyomura pour enrôler de gré ou de force tous les jeunes hommes et femmes aptes à se battre. Kyuuji, alors âgé de seize ans, fut le premier à attirer l’attention des officiers. Sa manipulation de l’éther n’était un secret pour personne et les armées avaient toujours besoin de guérisseurs. Venceslas fut également enrôlé, mais, lui, se porta volontaire pour suivre son ami.

Conscients, mais surtout contraints par la menace qui planait sur leur village, de leur devoir, les deux jeunes se résignèrent à intégrer l’armée. Dissimulant habilement leur rancœur pour l’Empire, ils s’intégrèrent à cette armée ennemie. Ils reçurent divers formations aux combats, le maniement des armes et de la magie, mais aussi des éléments stratégiques de base et la manipulation de la technologie garlemaldaise. Cependant, les officiers Garlemaldais décidèrent de profiter des prédispositions de Kyuuji pour les arcanes et la magie, en concentrant sa formation sur ces aspects et négligeant totalement les autres. Venceslas, quant à lui, se révéla excellent avec une épée longue entre les mains.

Quelques années plus tard, Kyuuji et Venceslas n’avaient pas oublié leur village, la vie paisible qu’ils y avaient et la haine qu’ils nourrissaient pour l’Empire n’avait jamais disparu. Lors d’un incident entre leurs camarades de brigades et un officier, la rancœur de Kyuuji refit surface, se libérant brutalement des années de refoulement. Cet incident se solda par un duel entre le Raen et l’officier. Un duel que Kyuuji, malgré toute sa rage, ne pouvait gagner. Seule l’intervention de Venceslas mit un terme au duel. Cet incident eut raison de leur patience. Les deux amis désertèrent l’armée sans plus tarder. Venceslas mena Kyuuji en Eorzéa, prochaine cible de Garlemald mais surtout un des derniers territoires libres.

Eorzéa. Un continent non seulement éloigné géographiquement mais également moralement d’Othard. Les deux jeunes gens découvrirent une manière de vivre et d’être bien différente de la leur. Les aventuriers, les cité-états, les compagnies, la diversité culturelle, tout cela leur était inconnu. Mais tellement attrayant. Quelques mois suffirent pour intégrer ces nouvelles notions. Kyuuji et Venceslas, rodés aux combats, rejoignirent la guilde des aventuriers de Gridania, leur premier point de chute. D’aventures en aventures, de missions en missions, de difficultés en difficultés, le duo d’étrangers se faisait une petite place et une nouvelle vie en Eorzéa. Jusqu’au jour où ils tombèrent de nouveau sur l’armée de Garlemad. A déserteurs virent s’ajouter les charges de traîtres et meurtriers. Kyuuji apprit qu’avant de fuir l’armée, Venceslas avait tué l’officier responsable de l’incident qui avait eu lieu plusieurs années plus tôt. Déchiré entre la colère pour le mensonge de son ami, son affection pour lui, sa haine de l’Empire et la peur de tout perdre, Kyuuji prit une lourde décision. Hors de question de trahir les habitants d’Eorzéa, même sans la colère qu’il éprouvait, le Raen savait que la vie de son ami ne valait pas celles, innombrables, du tout un peuple. Mais il avait peut-être quelque chose qui intéresserait l’Empire. Le seul héritage de sa famille qu’il avait réussi à emmener avec lui. Le dernier souvenir de ce qu’il aurait dû être.

Il fit une proposition à l’armée en échange de la vie de Venceslas. Et celle-ci fut acceptée. Ils furent libérés et relâchés. Après cela, Kyuuji n’adressa plus jamais la parole à Venceslas qui ne sut ce qu’avait coûté sa vie. Ayant tout perdu de son passé, sauf sa mémoire, Kyuuji décida de tourner la page pour de bon. Il se lança dans une nouvelle vie, une nouvelle entreprise. Rejoindre une compagnie pour défendre les idéaux, la liberté et la paix d’Eorzéa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *