La vallée

Bien des décennies après le départ de la tribu mère, les Zamdaaitg finirent par atteindre leur destination. Azim illumina de ses rayons une vallée logée au cœur d’une chaîne de montagnes tandis que Naahma la baignait dans son halo lunaire. De nouveau ils s’adressèrent aux Zamdaaitg. Ici se trouvait un enfant, un enfant divin, qu’ils devaient protéger, veiller et honorer comme s’il était l’enfant du couple.

Tous purent percevoir la présence de l’esprit divin, primitif mais pourtant jeune. Puissant mais pourtant affaiblit. L’esprit du loup ailé appela à l’aide et les Zamdaaitg répondirent à son appel, honorant ainsi leur devoir envers le Père et la Mère.

S’engageant dans la vallée, la tribu dut faire face à de nombreux danger, de nombreuses menaces, d’autres esprits malveillants s’en prenait à leur nouveau protéger. La faune et la flore locale étaient inhospitalières, agressives. Les Zamdaaitg durent lutter pour atteindre l’Esprit loup ailé. Mais lorsque ce fut fait, Azim et Naahma les bénirent. Naahma permit aux plus fervents de communiquer avec l’enfant divin afin de le comprendre et de lui apporter leur aide. Tandis que Azim renforça le corps des plus endurant afin d’assurer la protection de la tribu et de l’Esprit.

Une fois les ennemis de l’Enfant loup ailé vainques, il prit l’ascendance sur la vallée. En quelques années elle devint un lieux paisible et abondant. Ses pouvoirs se renforcèrent, un lien profond se créa entre lui et les Zamdaaitg. Il établit son domaine dans la vallée et s’y installa durablement, obligeant la tribu à la sédentarité pour le protéger. En échange, il leur offrit le pouvoir de Vent et un endroit à l’abri de tout où prospéré s’installer. Il fit pousser les arbres pour qu’ils construisent des maisons. Il irrigua les terres de la vallée pour qu’ils puissent y cultiver des denrées. Il peupla les montagnes de loups qu’ils purent domestiquer. Enfin, il veilla à ce que la vallée reste inaccessible aux étrangers.

Ainsi les Zamdaaitg avaient cru en la Voie indiquée par le Père et la Mère, ainsi ils avaient terminé leur voyage, ainsi ils pouvaient désormais remplir leur devoir. Zamdaaitg, croire en la voie, était le symbole qui unifiait la tribu. Les forts devinrent les chasseurs, les protecteurs, les agriculteurs. Tandis que les fervents devinrent les prêtres de l’Esprit du loup ailé.

La paix dura de longues années, durant lesquelles le culte s’établit. N’oubliant jamais Azim et Naahma, les Zamdaaitg se tournèrent vers l’Enfant Esprit. Ils le baptisèrent, un nom connu seulement des prêtres. Ils le virent grandir, virent sa puissance croitre, virent les évolutions qu’ils influaient sur la vallée et sur les leurs. Bientôt, l’Enfant devint un Esprit complet et fort. Bientôt il attira à lui ce dont il avait besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *